Il n’est pas certain que la solution mise en œuvre par Descartes, dans un vif échange avec Hobbes, parvienne à répondre de façon pleinement et définitivement satisfaisante à cette difficulté : distinguer entre l’obstination fondée sur une illusion de clarté et l’authentique évidence6 ne revient-il pas à apporter pour solution l’état même de la question ? 42  Lettre-Préface, AT IX‑2, 18, l. 8‑16. Vivre et mourir sont une seule et même chose, et nous sommes tous en train de sacrifier notre vie pour quelquechose 7De plus, Gassendi transpose cette difficulté, déjà présente chez Hobbes, en substituant, à l’opiniâtreté démasquée par l’évolution dans le temps de nos croyances, la confrontation entre des opinions contradictoires soutenues par des personnes différentes à un même moment8. 39  Comme chez les Stoïciens, l’enfant ou le fou peuvent dire des choses vraies, mais seul le sage possède, au sens strict, la vérité (Sextus Empiricus, Esquisses pyrrhoniennes, II, 81‑83). L’opiniâtreté est ainsi le consentement tenace à une opinion tenue pour certaine à la suite d’une première conception prétendument claire, mais prise pour telle sans réel fondement. Descartes reconnaît que ceux qui sont ordinairement considérés comme philosophes, et qui prétendent aimer la sagesse, ne se comportent pas de façon très prudente : ainsi, ils sont « souvent moins sages et moins raisonnables que d’autres qui ne se sont jamais appliqués à cette étude »41. Mourir pour des idées - Georges Brassens - 1972 1 Mourir pour des idées, l'idée est excellente. Mourir pour des idées - Georges Brassens - 1972 1 Mourir pour des idées, l'idée est excellente. Il en va de même pour les opinions contradictoires reçues tout au long de notre enfance. Mourir pour des idées, a song by Yoann Launay on Spotify. S’abonner au flux RSS de cette rubrique. Elle a notamment publié L’Arrivée de mon père en France (Michel de Maule, 2008) et Sortir du manichéisme, des roses et du chocolat (Michel de Maule, 2016). D. Kambouchner, « Remarques sur la définition cartésienne d, « Note here that Gassendi has not simply brought up the notorious problem of the criterion against. Lisez ce Philosophie Commentaires Composés et plus de 246 000 autres dissertation. Ce que permet l’intervention d’une autre figure : celle du sage, seul à même de mettre en œuvre la règle générale de vérité. 17  Que Gassendi a également remarqué : « vous ajoutez : et le fait que certains recherchent la mort pour de fausses opinions (j’avais dit, moi, pour des opinions contraires) » (Gassendi, Instances, op. Débateur. Certes, ce témoignage, cette perception et cette évidence sont soutenus par le doute et la méthode, mais ils demeurent, comme l’écrit Gassendi, impénétrables « pour nous, qui sommes des hommes » et qui « raisonnons d’après ce qui se produit en effet » dans le monde. 41 L’objection, en réalité, n’aura pas de sens pour la philosophie cartésienne. C'est leur raison de vivre, ils ne s'en privent pas. La dispute tourne autour de l’idée selon laquelle « quand bien même je dormirais (quamvis somniarem), tout ce qui se présente à mon esprit avec évidence, est absolument véritable » (Meditatio quinta, AT VII, 71, l. 1‑2 ; IX, 56). Mais, en réalité, il ne s’agit pas seulement de cela : car si le martyr persiste dans la vérité, il (dé)montre également celle-ci par sa persévérance, ou du moins la manifeste en produisant un témoignage extérieur27 qui a valeur de confirmation empirique. Penser, du latin pensare,peser, est la fonction qui forme des idées dans nos esprits. Pour des raisons religieuses, elle a refusé une transfusion sanguine qui aurait pu lui sauver la vie. La seconde configuration prend ainsi une forme extrême, en ce sens qu’elle suppose une mise à l’épreuve directe de la règle générale de vérité, sans la médiation pacificatrice du temps : Chacun pense concevoir fort clairement et fort distinctement [l’opinion] qu’il défend ; et ne dites point que la plupart ne sont pas fermes dans leurs opinions, ou qu’ils feignent seulement de les bien entendre : car je sais qu’il y en a plusieurs qui les soutiendront au péril de leur vie (et ne dicas plerosque aut hærere, aut fingere, sunt ecce, qui pro iis, quas habent, opinionibus etiam mortem oppetant, et ne dites pas que plusieurs hésitent ou feignent qui, pour les opinions qu’ils ont, affronteraient même la mort), quoiqu’ils en voient d’autres portés de la même passion pour l’opinion contraire (tametsi videant alios pro oppositis oppetenteis, quoiqu’ils en voient d’autres qui l’affronteraient pour des opinions opposées) ; si ce n’est peut-être que vous croyiez que même à ce dernier moment, on déguise encore ses sentiments, et qu’il n’est pas temps de tirer la vérité du plus profond de sa conscience (nisi vero putas tum demum a pectore imo veras voces non ejici, excepté si vous croyez réellement que les vraies pensées ne sortent pas du fond du cœur avant) 9 ? Plus sérieusement, j'ai vraiment risqué ma peau, il y a un nombre respectable d'années, pour défendre certaines idées. Je Me Suis Fait Tout Petit / Sa Guitare Et Les Rythmes / Chante Les Chansons Poétiques. Au contraire, plus qu’une exception, l’opiniâtreté fanatique est une objection à la règle générale de vérité : le fanatique reste attaché à son opinion en dépit de cette diversité intellectuelle qui devrait l’amener à douter11 et à poursuivre le protocole de l’enquête jusqu’à obtenir une conception réellement claire et distincte. 37  Septièmes réponses, AT VII, 461, l. 21 à 462, l. 4. Contrairement au sage, le fou comme le martyr ne sont pas en mesure de distinguer effectivement entre la clarté véritable et l’illusion de clarté. des Sciences et Techniques Centre Interdisciplinaire D'Étude de L'Évolution des Idées. De plus, je vous le demande, touchant ces personnes que vous dites […] être prêtes de mourir pour la défense de leurs fausses opinions dont elles ne voient pas clairement la vérité (quarum veritatem perspicue non vident), pensez-vous qu’elles soient de pire condition (peioris conditionis) que les autres, qui souffrent la mort pour de vraies (qui pro veris mortem subeunt), dont toutefois ils ne voient pas plus clairement la vérité, que ceux-là celle de leurs fausses opinions (quarum tamen veritatem non magis, quam primi suarum opinionum falsarum, vident, dont toutefois ils ne voient pas plus la vérité que les premiers ne voient la fausseté de leurs opinions) ? Georges Brassens Les Copains D'Abord ℗ 1972 Mercury Music Group Released on: 1989-01-01 Associated Performer, Interprète Instrumental: Joel Favreau Associated Performer, Interprète Instrumental: Pierre Nicolas Author, Composer: Georges Brassens Auto-generated by YouTube. Pour changer les idées des soignants, Jean-Luc Guitard lance les Bateaux du coeur : "Je me rends compte de leur besoin de décompresser" Ça peut paraître idiot mais la question est assez intéressante je trouve - Topic Faut-il vivre pour ses idées ? Sauf lorsque la référence à l’édition française des Méditations est précisée, je traduis le texte latin). problème du subjectivisme de la règle générale de vérité. Louis ROUQUAYROL, « Mourir pour des idées : Descartes, le martyr et la règle générale de vérité », Philonsorbonne [En ligne], 14 | 2020, mis en ligne le 26 février 2020, consulté le 16 décembre 2020. Mais sans attendre la fin du corps, Platon recommande de s'essayer à chercher le ciel des Idées sa vie durant, et la philosophie est pour lui le meilleur moyen pour s'y exercer, ce qui lui fait dire que « philosopher, c'est apprendre à mourir ». Pour une caractéri, Comme chez les Stoïciens, l’enfant ou le fou peuvent dire des choses vraies, mais seul le sage pos. 13  Sed quotiescumque duorum de eadem re judicia in contrarias partes feruntur, certum est alterutrum saltem decipi, mais, à chaque fois que deux personnes soutiennent à propos d’une même chose des jugements contraires, il est certain que l’un des deux au moins se trompe (Regula II, AT X, 363, l. 8‑10, je traduis). Spark is the smartest and most interesting app to learn and enjoy playing guitar. Stratification sociale et inégalités (SES - Terminale ES). My … AccueilNuméros14CONTRIBUTIONS DES DOCTORANTSMourir pour des idées : Descartes... Dès les Objections aux Méditations métaphysiques, la règle générale de vérité est jugée insuffisante. Après la regula generalis de la Meditatio tertia et la regula veritatis de la Meditatio quinta, cette réponse à l’objection de Bourdin esquisse donc une nouvelle et ultime étape dans la construction de la règle de vérité, en précisant qui est à même de la mettre correctement en œuvre. C’est par là même que le philosophe apprend à mourir : en accédant au monde des Idées, il accède à l’éternel, … Etude comparée d'Antigone de Sophocle, Jean Anouilh et Berthold Brecht. Le sage a en effet une « volonté ferme et agissante d’user toujours droitement, autant qu’il peut, Selon Geneviève Rodis-Lewis, « la spéculation philosophique exige en effet le respect de la vérité, La prudence suppose parfois de persuader « insensiblement » les autres (, S’il faut, dans la chanson, mourir pour des idées « de mort lente », c’est précisément parce qu’il, « Mourir pour des idées : Descartes, le martyr et la règle générale de vérité », Portail de ressources électroniques en sciences humaines et sociales, https://doi.org/10.4000/philonsorbonne.1439, Catalogue des 552 revues. La nécessité de donner à cette règle une validité définitive provoquera autant les recherches sur l’existence et la nature de Dieu (dans la Méditation troisième) que celles sur la possibilité de l’erreur (dans la Méditation quatrième), jusqu’à déboucher sur l’expression de la règle de vérité (regula veritatis) qui permet d’asseoir irrévocablement la possession, par le sujet méditant, d’une science authentique2. 11Gassendi fait ainsi subir à cette règle une manière d’expérience cruciale, une contre-épreuve décisive, un rigoureux passage à la limite : si, au moment de mourir, deux hommes qui s’affrontent embrassent des opinions contradictoires qu’ils pensent concevoir chacun de façon fort claire et distincte (et qu’ils ne peuvent pas ne pas concevoir ainsi, étant donné qu’ils sont sur le point de mourir) ; si, la vérité étant une, une telle situation suppose que l’un des deux se trompe nécessairement13 ; alors la règle générale de vérité est insuffisante pour départager les adversaires, c’est-à-dire, en dernier ressort, pour distinguer le vrai d’avec le faux et le douteux (ce qui est précisément sa fonction). Sur quoi, dès lors, pouvait se fonder son assurance en ces opinions, si ce n’est sur leur clarté illusoire, ensuite renforcée par une certaine habitude à les croire ?4. Mais de mort prématurée : pas d’accord. Ou encore : « Monsieur Regius, qu’on pensait enseigner mes opinions touchant la Philosophie, et qui a été en hasard d’en être le premier Martyr » (Lettre apologétique aux magistrats d’Utrecht, AT VIII‑2, 208, l. 5‑9, in La Querelle d’Utrecht, éd. Pause Cafe released it on the album Pause Cafe in 2002. … Sans doute la difficulté soulevée n’est-elle pas étrangère à cet oubli. 46À l’opiniâtreté, Descartes opposait, on s’en souvient, la médiation pacificatrice du temps, qui permet à chacun de remettre en question ses anciennes croyances par le protocole du doute, jusqu’à s’accorder avec sa nature rationnelle sous la dictée de la lumière naturelle ; au martyr, tout se passe comme si Descartes opposait à nouveau la méditation du temps, celui de l’enseignement et de la communication d’une vérité portée par la sagesse, qui permettent de produire l’accord des esprits entre eux. URL : http://journals.openedition.org/philonsorbonne/1439 ; DOI : https://doi.org/10.4000/philonsorbonne.1439, Voir la notice dans le catalogue OpenEdition, Plan du site – Contacts – Flux de syndication, Nous adhérons à OpenEdition Journals – Édité avec Lodel – Accès réservé, Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search, Mourir pour des idées : Descartes, le martyr et la règle générale de vérité, La « règle de vérité » (l’expression se trouve dans la, Denis Kambouchner a au contraire insisté sur l’objectivité de la règle générale de vérité, ou plus, Hobbes estime que la clarté dans l’entendement « peut bien être la cause pourquoi quelqu’un aura e, Antonia LoLordo parle d’un « dilemme » posé à Descartes pour déterminer ce qui constitue réellemen, L’erreur partagée par tout un groupe acquiert en effet une force de persuasion supérieure. Existe t'il une idée juste, une idée fausse ? Dans les Méditations, il n’a été question que de la lumière naturelle, étant mis à part tout ce qui relève de la lumière surnaturelle et du témoignage de la foi32. De la nécessité des signes pour la formation des idées: Et de divers sujets de philosophie morale (French Edition) eBook: Toussaint, N.-J.-B. Forum Italicum 2013 47: 1, 54-79 Download Citation. Chez Thomas d’Aquin, le martyre est par exemple l’acte par lequel « quelqu’un demeure ferme dans la vérité et la justice contre les assauts de ses persécuteurs »26. Disparu(e) C'est ce que font les gens des étages supérieurs, politiques ou militaires Tu as le cynisme joyeux Ayu . La faiblesse de cette objection apparaîtra plus tard : l’application de l’esprit que suppose la mise en œuvre de la règle générale de vérité est en réalité, chez Descartes, indissociable de ce protocole même12. Il est bien vrai qu’il en eût pu conclure [sc. À la différence de Hobbes, cependant, Gassendi prend en apparence en compte la clarté et la distinction pour formuler son scrupule : s’il faut encore, après application de la règle, distinguer entre clarté (et distinction) réelle et clarté (et distinction) illusoire, alors la règle générale est insuffisante et doit être abandonnée. 2), Thomas répond que « parce que tout mensonge est un péché, comme nous l’avons vu (q. Du moins le scrupule du chanoine de Digne a-t-il le mérite de radicaliser et, par là, de poser de façon parfaitement lisible, ce qui sera caractérisé plus tard comme le (faux ?) If you have the appropriate software installed, you can download article citation data to the citation manager of your choice. Show more Has been played on. 5  Denis Kambouchner a au contraire insisté sur l’objectivité de la règle générale de vérité, ou plus précisément sur le fait que, dans cette règle, « la demande d’évidence institue l’objectivité elle-même » (« Le statut cartésien de la clarté et de la distinction », in La clarté à l’âge classique, Paris, Classiques Garnier, 2013, p. 35). Pour cette raison, et comme avec Hobbes, Descartes n’est-il pas en train de proposer derechef pour réponse l’état de la question, dans la mesure où la possibilité pour une opinion fausse d’être effectivement claire et distincte n’est ni sérieusement examinée ni détruite ? La tautologie de Descartes est donc plus particulièrement instructive par ce qu’elle exclut que par ce qu’elle affirme : elle clôt le champ de la connaissance sur lui-même, et le ferme à l’extériorité (du décorum, comme précédemment de l’autorité des autres hommes20). Mourir pour des idées, l'idée est excellente Moi j'ai failli mourir de ne l'avoir pas eue Car tous ceux qui l'avaient, multitude accablante En hurlant à la mort me sont tombés dessus Ils ont su me convaincre et ma muse insolente 01 Mourir pour des idées, l'idée est excellente. Martine Storti, Pour un féminisme universel , La République des idées / Seuil, Paris. À cette extrémité, quand les épées tirées se rencontrent sans qu’aucune place ne soit laissée à la feinte, ce qui se trouve au « fond du cœur » ne peut pas ne pas être révélé ; le fait tout intérieur de l’épreuve de la règle générale ne saurait alors manquer, en quelque sorte, de s’extérioriser, de se manifester phénoménalement. Le 11 septembre 2001, des terroristes kamikazes ont détourné des avions sur « les tours jumelles ». 34À moins d’établir que l’objection ainsi formulée n’a aucun sens en contexte cartésien, il reste cependant à examiner, pour répondre à l’incrédulité de Gassendi, si la règle générale de vérité ne serait pas susceptible chez Descartes de prendre figure humaine et, loin de se limiter au seul témoignage interne de la conscience, de s’incarner. Des philosophes, des résistants, des kamikazes, ou même des gens ordinaires, se sont donnés la mort pour leur pensée. 32  Descartes écrit à propos de la théologie : « je ne sens point en moi d’inspiration divine (nec tantum in me divinæ gratiæ experior), qui me fasse juger capable de l’enseigner. Mourir Pour Une Idée. 42Il faut ici distinguer deux cas. C’est c, Descartes mentionne comme une raison naturelle de se défaire de ses préjugés le caractère contradi, Sur cette dimension, fondamentale, cf. Sans se prononcer par ailleurs sur l’opportunité morale de mourir ou non pour une opinion religieuse, Descartes peut donc reconduire une nouvelle fois la réponse faite à Hobbes, puis à Gassendi. Le produit doit vivre et profiter de sa vie, tout en sachant qu'il est un produit. C’est ce que regrette Gassendi, dans la mesure où, selon lui, il ne nous est pas possible de pénétrer dans l’esprit de quelqu’un d’autre : Pour nous, qui sommes des hommes et qui, comme il convient à des hommes, raisonnons d’après ce qui se produit en effet (ex effectis ratiocinamur), c’est une preuve qui nous semble évidente (et qu’assurément vous ne devez pas écarter) qu’ils perçoivent clairement et distinctement une certaine opinion comme la meilleure et comme celle qu’il faut suivre, que le fait d’affronter la mort pour elle (quod pro ea mortem oppetant)24. TOP 10 des citations Mourir pour (de célébrités, de films ou d'internautes) et proverbes Mourir pour classés par auteur, thématique, nationalité et par culture. 11  Descartes mentionne comme une raison naturelle de se défaire de ses préjugés le caractère contradictoire des opinions reçues dans une même société ou dans des sociétés différentes : « j’apprenais à ne rien croire trop fermement de ce qui ne m’avait été persuadé que par l’exemple et par la coutume » (Discours de la méthode, Deuxième partie, AT VI, 10, l. 21‑23). Je ne peux pas dire que j'aurais préférer être privées de certaines. 26Si le martyre suppose donc comme sa cause la vérité de la foi, on en déduit qu’au contraire l’hérétique peut toujours mourir pour une opinion, y compris du reste pour une vérité, mais que sa mort n’étant pas animée par la foi, il n’aura pas rang de martyr. cit, p. 208‑209). 8Ici, Gassendi prend la ferme intention, voire le fait même de mettre en jeu sa vie pour défendre une opinion, comme le signe de ce qu’elle apparaît à celui qui la conçoit de façon particulièrement (et passionnément) claire et distincte. Conditions générales & politique de confidentialité. Débateur. 20Malheureusement, puisque ces critères sont exclusivement éprouvés dans l’intimité de l’examen par chacun de ses propres conceptions, ils sont évidemment insuffisants du point de vue externe – et virtuellement échouent à répondre au cœur de l’objection de Gassendi, qui se place précisément à ce point de vue. 13Descartes dispose pourtant autrement de l’objection, en des termes si simples qu’ils semblent clore définitivement le débat. Mais souvent, même elle, qui se bat pour le respect des droits de l'homme, ne les respecte pas. Il n’est donc pas certain qu’il faille établir une distinction définitive entre la recherche de la vérité et la conduite de la vie. 4Certes, la solidité de la saisie par l’esprit de sa propre existence et la nécessité avec laquelle cette dernière est reconnue, dans la Méditation seconde, ne sauraient être confondues avec une opiniâtreté sans fondement. La règle générale de vérité, parce qu’elle s’incarne dans le sage, ne saurait conduire au fanatisme et, d’une certaine manière, tout comportement fanatique prouvera par les effets que l’opinion qui y conduit n’est pas conçue de façon parfaitement claire. 43Ce cas de figure est, en toute rigueur, impossible chez Descartes. (Meditatio tertia, in Œuvres de Descartes, édition de C. Adam et P. Tannery, nouvelle présentation, Paris, Vrin-CNRS, 1964-1974, tome VII, page 35, lignes 13‑15. 37En effet, à Bourdin qui réitère contre la règle générale de vérité les objections déjà inlassablement répétées, Descartes propose la figure du sage comme celle qui permettra, sur le plan de l’expérience, de distinguer définitivement entre l’illusion de clarté et la clarté véritable. Si. infra, note 44. 10Reste que, pour autant que cette dimension est momentanément laissée de côté, il s’agit moins pour Gassendi – et c’est là la singularité de son argument – d’opposer au critère cartésien l’expérience en somme banale d’une opiniâtreté surjouée et verbale, que de faire face à la réelle et ferme intention de mourir pour ses idées, et même, au fait de se mettre ainsi en péril pour ses opinions. mourir pour des idées... dans certains cas c'est mourir pour imposer ses idées aux autres. D. Kambouchner, « Remarques sur la définition cartésienne de la clarté et de la distinction », in Les Facultés de l’âme à l’âge classique, dir. cit., p. 62‑63). 41L’objection, en réalité, n’aura pas de sens pour la philosophie cartésienne. 110, art. La science appartient au sage dans la mesure où elle n’est pas autre chose qu’une vertu logique, qui consiste « à savoir si l’on dit vrai ou faux » (J.‑B. It was covered by L'âme des poètes, Pause Cafe, Debout sur le Zinc, Génération (France) and other artists. Pour certains hommes la mort est nécessaire pour montrer une idée, et elle ne fait pas peur. L'éthique est-elle un luxe pour l'Afrique ? Même elle, échoue. 33« Tout ce que vous me demandez ensuite ne me regarde point » : en résistant à l’insistance de l’Hyperaspistes, Descartes affirme donc tacitement que pour défendre une vérité issue des sciences humaines, il n’est pas nécessaire d’être animé par la foi – dont la lumière surnaturelle ne répond pas au canon de la règle générale de vérité. Mourir pour des idées, l'idée est excellente. On ne manquera pas, dans un premier temps, d’être déçu21. D'accord, mais de … Beyssade et D. Kambouchner, Paris, Gallimard, « Tel », 2018, volume IV‑1, p. 466. Pour certains hommes la mort est nécessaire pour montrer une idée, et elle ne fait pas peur. IV, p. 363, trad. Pistes de Fernande Quatre-vingt-quinze pour cent modifier Mourir pour des idées est une chanson de Georges Brassens parue en 1972 sur l'album Fernande . Voyez également : Cicéron, Premiers Académiques, II, 57, mais aussi Eustache de Saint-Paul, pour qui l’appréhension « claire et distincte […] se trouve chez les sages (in sapientibus) » (Summa Philosophiæ Quadripartita I, 24, cité par Étienne Gilson dans l’Index scolastico-cartésien, n° 148, Paris, Vrin, 1979, p. 86). You can filter on reading intentions from the list, as well as view them within your profile.. Read the guide × Un nouveau cours public sur la liberté d’expression démarre à l’Université de Genève. Car en alléguant que celui qui a une opinion fausse, et meurt pour celle-ci, ne saurait prouver par là même que celle-ci était claire et distincte, Descartes n’a pas l’air de dire autre chose que ceci : celui qui a une opinion fausse a une opinion fausse (puisque la vérité suppose une perception claire et distincte), quand bien même il serait sur le point de mourir pour elle. » (A. LoLordo, « “Descartes’s One Rule of Logic”: Gassendi’s Critique of the Doctrine of Clear and Distinct Perception », British Journal for the History of Philosophy, 13, 1, 2005, p. 57).